lundi 4 décembre 2017

I LOVE 東京

Extraterrestre, extraordinaire, extrême, excentrique,  aucun  superlatifs ne sauraient décrire cette île si insolite... le Japon et en particulier sa capitale Tokyo ! 
Je suis tombée amoureuse de cette ville et de ses habitants.
Je l’aime comme on adore une star parce qu’elle est insaisissable, inaccessible,! Elle vous fait rêver, fantasmer mais elle ne vous appartiendra jamais … et c’est peut être tant mieux.

Dans les pays que je visite, j'ai toujours été attirée par le côté folklorique, traditionnel , les petits villages typiques, les espaces naturels et peu enclin au modernisme, aux grandes villes et au béton  mais  Tokyo c'est autre chose.
C'est la capitale des paradoxes où le traditionnel côtoie  «l’avangardisme », voir l’intergalactique…
Les Japonais ne sont pas comme le monde ils sont à part !
Nous Occidentaux pourrons nous jamais arriver à les comprendre, à nous mettre dans leur peau ?
Pourquoi sommes nous si différents? On nous parle du mondialisme, du mélange des cultures, les gens voyagent, découvrent d’autres façons de penser mais est-ce le cas au Japon? Je les ai sentis hermétiques comme s’il n’y avait aucune possibilité d’ouverture pas parce qu’ils s’y refusent mais parce que ils sont d’un autre monde !
Malgré une amabilité hors du commun, un servilisme au point de vous en rendre mal à l'aise, on n’arrive pas à les cerner. Un fossé nous sépare.

   En 1955 le Japon est considéré comme un pays du tiers monde, aujourd hui c’est la deuxième puissance économique mondiale, tout cela grâce à une société travailleuse, disciplinée, au service de son pays.

A l’école la première chose qu’on apprend aux tout petits japonais, c’est le respect des autres, des animaux, de la nature, la générosité, la compassion, la notion de justice, le contrôle de sois avec cela tout est dit ne serait ce pas la réponse à ma question « Pourquoi sommes nous si différents ?» 


 N’allez pas leurs demander votre chemin dans ce métro si compliqué de Tokyo où eux même se perdent ! Ils vont tout mettre en œuvre  pour vous aider à trouver votre chemin au point de vous accompagner jusqu’à votre porte alors que dans un principe vous vouliez seulement qu’on vous confirme  que vous étiez bien sur le bon chemin. Et vous voila vous confondant en excuses pour être la cause d’un tel dérangement et par la même obligé d’aller où vous n’aviez pas l’intention d’aller …au moins pas tout de suite.
 Je m’imagine à Paris dans la même situation et la différence est abyssale ! M’aurait on ne serait-ce que répondu ? Les étrangers  peut-être mais les français ?

Peut-être est ce la crainte de se faire agresser ? C’est certain qu’au Japon, il n’y a pas lieu de redouter grand chose. La sécurité y est j’ose dire, totale ! Elle est telle que j’ai pris le risque de m’absenter en laissant mon sac sur une table dans un café, chose inenvisageable en Europe et le retrouver à la même place à mon retour. Quelle merveille cette tranquillité d’esprit ! Se promener seule même le soir sans « psychother » sur l’éventualité de se faire trucider où détrousser au détour d’une rue.
 Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de voyous au Japon, la mafia japonaise semble exister et ne seraient pas des plus tendres. Mais  je pense qu’ils opèrent dans des domaines bien spécifiques qui n’interfèrent pas dans  quotidien des Japonais.
À part l’avantage de cette sérénité qui n’a pas de prix, Tokyo est une ville grouillante de monde  avec des jeunes, des jeunes et encore des jeunes ! À se demander «  mais où sont les parents, les grands parents, ils les cachent ?  ou est -ce que ce sont les « Sushis qui ont un pouvoir rajeunissants ? »
La foule est très hétéroclite mais j’y ai vu très peu d’étrangers, extrêmement peu de visages qui ne soient pas asiatiques ; il est d’ailleurs extrêmement difficile d’y résider légalement et les touristes n’y sont apparemment  pas légions.

Ce qui m’a le plus marqué ce sont ces cafeterias à thèmes, situées en étage, dans ce qui serait chez nous, un appartement. Quand vous ouvrez la porte vous êtes transportés dans le monde de Oui Oui, une habitation  de poupées aux couleurs acidulées. La maison de Barby mais chez les Manga. De très jeunes serveuses maquillées, coiffées et habillées  comme les personnages de ces dessins animés  si typiques du Japon, vous servent des hamburgers en forme d’oursons, des salades aux aspects de frimousses de clowns ou d’animaux. Elles vous parlent avec une petite voix haut perchée, émettant des petits cris aux intonations très spéciales sûrement  influencées par ces bd si prisées dans ce pays.
 Un club de filles  mais quand même autorisés aux  hommes mêmes s’ils brillent par leur rareté.
Dans les magasins de même ! Des froufrous, des rubans, des volants, des brillants, de l’acidulé, du pastel ! Tout pour les filles ! Ailleurs on dirait « pour les petites filles » mais à Tokyo c’est pour la gente féminine  en général, qui semble être restée figée dans le monde des enfants.
Je ne suis restée malheureusement que 3 jours  dans cette ville incroyable mais  au milieu  de la « foule déchaînée » j’ai pu m’attarder dans le quartier de Omotesando. Lieu hyper branché, par son architecture et par le style de ceux qui la fréquente ! Réservé aux piétons, aux bicyclettes  et à toute la belle jeunesse Tokyoïte qui se retrouve pour bavarder aux terrasses des cafés. Les édifices ne font pas plus de 2 étages et la tranquillité y rappelle celle d’un petit village  provincial. Un havre de paix au milieu de l’agitation.
Mais non loin de là à la nuit tombée, la ville reprend son excitation de plus belle ! Les immeubles s’illuminent de leurs panneaux publicitaires multicolores qui scintillent de toutes parts et vous étourdissent. C’est dans une petite rue du quartier de Shinjuku que je vais assister au spectacle le plus disjoncté de ma vie ! Le Robot show !
Imaginez vous, pénétrer dans un kaléidoscope de lumières si étincelantes que vous n’arrivez plus à discerner, le plafond, du sol, des marches, des murs. Bref une orgie de couleurs, de formes et de matières.
Comme pour nous préparer  à autant d’excentricité, on nous emmène en premier lieu dans un salon psychédélique mi caverne d’Ali Baba, mi palais d’un sultan bling bling. C’est dans ce décor d’une autre planète que des musiciens, vêtus en « Daf Punk » et semblant sortir tout droit de la « Guerres des Galaxies », jouent les derniers tubes pour nous faire patienter. Ce ne sera qu’un petit aperçu de ce qui nous attend, un show qui défit toute imagination !
Représentez vous entrant dans une boîte obscure, étroite et avec dans son milieu dans toute sa  longueur, une piste  et de chaque côté des projections de videos  qui occupent tous les murs où s’appuient  quelques rangées de gradins pour les spectateurs. Et c’est dans une ambiance électrisante et de folie que commence un show qui vous transportera réellement aux pays de la bande dessinée. Un défilé, de robots, de dragons gigantesques, de princesses nymphettes, de vaisseaux spatiaux, lasers, explosions, danses, sons de tambours. Le tout enrobé de lumières fluo et multicolores. Ce que vous n’imaginez même pas va se dérouler devant vous ! Un spectacle si extraterrestre, si fou, si inimaginable que vous ne pourrez qu’en rire et vous émerveiller devant tant d‘audace, de démesure et de folie. Alice aux pays des Mangas ! Absolument déconseillé à ceux qui n’ont pas le sens de l’humour et qui ont perdu leur âme d’enfants… sous haut risque d’indigestion !

Mais c’est devant   la dichotomie  de cette démesure et le côté si digne de leur culture ancestrale que le contraste est violent ;

J’ai  eu la chance merveilleuse de tomber sur 2 mariages traditionnels  dans le parc de Mejii Jingu….! L’émotion fut intense d’être transportée dans le passé et dans tout ce qui nous fait rêver nous les occidentaux. Les samouraïs, les geishas, les pagodes, les prêtres, ces
jardins  épurés et somptueux à la fois, la discrétion la sobriété, la décence, la force, le courage, la dignité, l’orgueil, la fierté, la noblesse. Tous ces mots qui invoquent la civilisation nippone  et émanent de ces cérémonies qui m’ont fascinée enthousiasmée et que je n’oublierai jamais.


Mon séjour à Tokyo, un choc !


mercredi 14 janvier 2015

CORBERA DE LLOBREGAT




Un documentaire sur un petit village Catalan, Corbera de Llobregat, tourisme cuisine, décoration.